Étiqueté : résilience

Faire son pain avec le bio, vraiment partout à Bruxelles ?

Les boulangeries offrant des produits bio se multiplient dans le paysage commercial bruxellois. Enfin, dans certains quartiers, car la géographie de ce type de boulangerie reste très typée. Pour assister à une généralisation des produits bio dans les boulangeries bruxelloises, il y a clairement encore du pain sur la planche.

Ne pas courber l’échine : logiques de résilience des boucheries à Bruxelles

Les boucheries deviennent rares à Bruxelles, mais pas forcément juste parce que l’on mange moins de viande. Si près de 9 boucheries sur 10 ont disparu depuis 1950, il y a néanmoins des quartiers où elles résistent nettement mieux qu’ailleurs, en s’adaptant à leur public et en misant sur la confiance du consommateur.

Video killed the radio stars … and streaming killed the video stores?

Le videoclub type de commerce en vogue dans les années 1980 et 1990 et quasiment disparu à l’heure d’Internet et du streaming. L’activité du vidéoclub consiste à louer des cassettes VHS puis des DVD de films, de documentaires et de séries. Entre 1997 et 2017, 75% d’entre eux ont disparu à Bruxelles. Ceux qui subsistent encore ont adapté leurs services: les pépites introuvables ont remplacé les séries B et autre films X. Les derniers survivants vivent d’un public de cinéphiles, complété de quelques réfractaires au streaming. Un potentiel qui est à son maximum dans les centres urbains branchés, dont Saint-Gilles...

Le commerce bruxellois 1950-2017 : une contraction par fantômisation ?

En Région bruxelloise, depuis 1950, près d’une cellule commerciale sur deux a vu son activité commerciale disparaitre. Si cela engendre des cellules vides, c’est en fait surtout un processus de reconversion qui est à l’œuvre. La fonction commerciale disparait, mais n’est pas toujours le cas de la cellule commerciale qui l’hébergeait.

Size matters. 10 ans d’évolution des points de vente à Bruxelles

On suit classiquement l’évolution des paysages commerciaux à partir de relevés de terrain qui comptabilisent le nombre de points de vente ou de services. Cependant, il est bon de tenir compte non seulement de l’évolution des effectifs, mais aussi de celle des surfaces nettes de vente. En fonction de l’indicateur suivi, les constats peuvent être différents, voire divergents.

Une décennie d’évolution du commerce “brick and mortar” en Belgique. Exploration des inventaires de terrain Locatus

Les données mises à dispositions par Locatus permettent de retracer les évolutions sectorielles et locales du commerce en Belgique entre 2009 et 2019. Elles sont synthétisées dans un working paper analysant ces abondantes données de terrain sous différents angles : bilans locaux et sectoriels, évolution de formes et des formats, place des services dans les espaces commerciaux, cellules inoccupées, effet du commerce électronique et plus largement des modes de consommation… Examinons comment le commerce a évolué en Belgique entre 2009 et 2019.

Commerce, croissance urbaine et patrimoine

La comparaison de la localisation du commerce avec les phases de croissance de la ville fait découvrir de nombreuses correspondances. Aujourd’hui encore, et ce malgré une spectaculaire réduction du nombre de commerces actifs depuis 1950, la géographie du commerce souligne la trame historique de la ville.

Les multiples métiers du commerçant

Le métier de commerçant semble facile à définir : il s’agit de vendre des biens ou des services aux particuliers dans une boutique qui se distingue généralement par une vitrine ou un panneau signalant l’existence du commerce, l’enseigne. Mais en fait, le commerçant assure une fonction de distribution à laquelle sont associés de nombreux métiers… bien souvent assurés par la même personne ou une équipe resserrée.

Ce qui ne va pas selon moi… Une enquête chez les commerçants bruxellois (épisode 2)

S’ils ont souvent beaucoup de choses à dire de leur métier, les commerçants ne sont pas un public simple à approcher pour une ou un chercheur. Faute de temps et de disponibilité, méfiants, car souvent sollicités sans en percevoir la finalité ni les résultats, les gérants de commerces ont une parole rare et souvent mal comprise. Elle est toutefois riche en enseignements. Après avoir écouté attentivement cinquante commerçants depuis leur comptoir, les chercheurs du projet ReReB ont poursuivi leur enquête.

Gérer les déchets des commerces dans un quartier urbain dense : regards sur une logistique méconnue

Ces dernières années, les efforts réalisés par les particuliers et par les institutions pour réduire le nombre de déchets et rendre leur gestion plus responsable sont nombreux. Par ailleurs, le cadre législatif se renforce. Mais qu’en est-il des déchets issus des commerces ? Et comment cela se met-il en place dans les quartiers commerçants ?

« Résiste ! »: de la résilience du commerce

La résilience fait aujourd’hui partie des incontournables des politiques de développement urbain. Fait-elle sens pour la sphère du commerce ? Qu’elle désigne la longévité d’un commerçant ou les transformations d’un noyau commercial, la notion soulève des questions qui sont intimement liées à l’environnement du commerce, tant économique, psychosociologique que géographique.

PRAS et commerce : un outil urbanistique à la hauteur des attentes ?

À Bruxelles, le Plan régional d’Affectation du Sol (PRAS) constitue le principal cadre urbanistique régulant le développement commercial au sein de la Région bruxelloise. L’analyse de l’évolution de l’offre commerciale bruxelloise de ces 20 dernières années permet-elle d’attester que le PRAS a atteint ses objectifs en matière de commerce ?

Ce qui ne va pas, selon moi… Une enquête chez des commerçants bruxellois (épisode 1)

Les idées reçues sont nombreuses à propos des commerçants : ils se plaindraient souvent et en particulier des désagréments liés aux chantiers, ils occuperaient les étages supérieurs de leur commerce, ils regretteraient le temps d’avant… À les écouter toutefois, des nuances se dessinent et certaines idées sont battues en brèche. Enquête à Bruxelles.

Les lunettes du chercheur

Les différents courants de recherche sur la relation entre le commerce et la ville partagent une même préoccupation : identifier les facteurs permettant de comprendre la viabilité d’un type de commerce donné à un endroit donné, à un moment donné. Plus que l’objet de la recherche, c’est la nature des facteurs explicatifs qui distingue les courants de recherche.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search