Les lunettes du chercheur

Les différents courants de recherche sur la relation entre le commerce et la ville partagent une même préoccupation : identifier les facteurs permettant de comprendre la viabilité d’un type de commerce donné à un endroit donné, à un moment donné. Plus que l’objet de la recherche, c’est la nature des facteurs explicatifs qui distingue les courants de recherche.

Illustration: Tiny optician par Matt Brown, 2018.

Comme toute science, l’étude du commerce repose sur des paradigmes, des cadres de référence, des courants de pensée, des manières de structurer les investigations qui constituent un modèle cohérent, une façon de voir les choses, une représentation du monde. Comme le relève Brown (1992), une même structuration du commerce peut parfaitement être expliquée de manière cohérente aussi bien dans un paradigme néo-classique que dans des paradigmes comportementalistes ou structuralistes. Son exemple du fonctionnement d’un marché à Bangkok, caractérisé par une zonation nette des vendeurs selon le type de bien offert, montre que l’on peut interpréter ce zonage de manière différente, selon les trois courants :

  • Selon le paradigme néo-classique, la zonation est le résultat de l’action conjuguée de la rente foncière et de mécanismes associés à la spécialisation et à la complémentarité. Les acteurs privilégiés par l’explication sont donc  les commerçants et les propriétaires.
  • Selon le paradigme comportementaliste, c’est une réponse des commerçants au désir des consommateurs de comparer aisément les produits. L’activité commerciale est  induite par les aspirations d’un acteur clef, le consommateur.
  • Selon le paradigme structuraliste, c’est le produit des réglementations et d’aménagements imposés par les propriétaires et les gestionnaires du marché.

Dans cet exemple, la structure spatiale est de fait imposée par les gestionnaires du marché et n’est donc pas due à l’effet direct des « lois » néo-classiques ou comportementalistes. Mais rien n’indique non plus que les choix des gestionnaires n’aient pas été inspirés par l’expérience et par l’observation de l’effet de comportements, la règlementation jouant alors le rôle de facteur de reproduction et/ou d’amplification.

Ce que l’on doit retenir de cet exemple, c’est que l’interprétation de l’organisation et du fonctionnement du commerce dans la ville doit se faire de manière prudente, sans exclure a priori des facteurs d’explication. On voit d’ores et déjà poindre ici l’intérêt qu’implique le point de vue d’une diversité d’acteurs. Dans l’exemple de Brown, des éléments issus des trois (principaux) courants de recherche peuvent constituer des explications pertinentes et ne sont pas forcément incompatibles. Ce constat est important dans la mesure où ils ont tous trois généré des explications qui peuvent s’avérer pertinentes pour construire des interventions dans différents registres.

Si les trois courants de recherche se partagent un même objet, à savoir mettre à jour les facteurs de fonctionnement et de persistance (nous dirons aujourd’hui, de résilience) des activités commerciales, ils se distinguent évidement par les types de facteurs qu’ils invoquent, mais aussi, largement, par les outils de recherche qu’ils mobilisent. L’approche néo-classique se fonde souvent sur l’exploitation de l’inventaire des fonctions, alors que l’approche comportementaliste mobilise essentiellement des enquêtes auprès des consommateurs, d’ampleur et de nature variables. L’approche structuraliste, quant à elle, met en œuvre une palette de méthodes dans laquelle les monographies détaillées de lieux ou d’entreprises occupent une place de choix.

Dès lors, en fonction des données dont on dispose et en cherchant à s’appuyer sur des méthodes déjà éprouvées par d’autres, on est invariablement orienté vers un mode d’exploitation de celles-ci associée  à l’un des paradigmes. Il faut en être conscient et en tenir compte lors de la discussion des résultats. Un écueil potentiel d’une approche intégrant très fortement les acteurs de terrain serait de  privilégier excessivement l’approche structuraliste considérant le jeu des acteurs professionnels du commerce au sens large, aux dépens d’une analyse (et donc aussi de pistes d’intervention) de facteurs certes plus classiques (les attentes des consommateurs, les logiques d’équilibre offre-demande…), mais toujours pertinents. L’approche cocréative intègre plus fortement analyse et intervention, mais elle ne doit pas se substituer aux méthodes plus classiques des études de marché ou de l’urbanisme commercial, sous peine de se déconnecter de certains facteurs essentiels expliquant la structuration spatiale et la résilience de la fonction commerciale.

En dehors de ces considérations épistémologiques, l’examen de la littérature montre que souvent, si la recherche des facteurs de résilience est explicite ou fortement implicite dans les démarches, l’effet de ces différents facteurs est souvent envisagé de manière isolée. Il est dès lors difficile de se faire une idée de la manière dont se combinent les facteurs de localisation ainsi que de leur poids respectif. Si isoler l’effet d’un facteur constitue évidemment une démarche légitime dans une recherche sur cet effet en particulier, l’analyse de combinaisons ne doit pas pour autant être négligée. La prise en compte de combinaisons est même essentielle dans le cadre de la construction d’interventions pertinentes.

L’enjeu est de chercher à combiner approches analytiques et approche pratique afin de faciliter un regard croisé entre les résultats techniques/scientifiques et la production participative de diagnostics et de solutions par les acteurs concernés de l’écosystème commerce.

Référence:

BROWN, Stephen, 1992. Retail Location: a micro-scale perspective. Aldershot : Avebury.


Pour citer ce billet:

Benjamin Wayens, 31/08/2018, "Les lunettes du chercheur," in Géomarketing, https://geomarketing.hypotheses.org/920.


Vous aimerez aussi...