Ce qui ne va pas, selon moi… Une enquête chez des commerçants bruxellois (épisode 1)

Les idées reçues sont nombreuses à propos des commerçants : ils se plaindraient souvent et en particulier des désagréments liés aux chantiers, ils occuperaient les étages supérieurs de leur commerce, ils regretteraient le temps d’avant… À les écouter toutefois, des nuances se dessinent et certaines idées sont battues en brèche. Enquête à Bruxelles.

Durant plusieurs semaines à l’automne 2017, les chercheurs du projet REREB ont rencontré des commerçants et commerçantes d’une quinzaine de noyaux commerciaux bruxellois, afin de les entendre parler de leur métier, des difficultés rencontrées, mais aussi de ce qui les fait tenir bon. La cinquantaine d’entretiens réalisés a été synthétisée, mettant en évidence des réalités quotidiennes souvent partagées, et des difficultés qui dépassent de loin les tracas et les pertes de recettes associés à des opérations qui perturbent la mobilité dans les quartiers commerçants.

Un des leitmotivs lors des entretiens était la solitude du commerçant face à la complexité croissante d’un métier dont ils gèrent souvent tous les aspects, depuis les commandes jusqu’à l’accueil des clients et la gestion des comptes. Au départ, pourtant, ils et elles se sont souvent lancés dans le métier par passion pour celui-ci ou pour les produits qu’ils rêvaient de conseiller aux clients (des livres, des spiritueux, une coupe de cheveux). Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs suivi une formation spécialisée avant de devenir commerçant, sans que cela constitue un passage obligé. Car ouvrir un magasin ou en reprendre un (un tiers des interrogés) peut aussi être une opportunité de réorientation professionnelle : plusieurs personnes racontent qu’elles rêvaient de devenir leur propre patron ou qu’elles avaient besoin de changement après une première étape professionnelle insatisfaisante dans un autre secteur.

Dans les cas d’une reprise de commerce, il s’agit souvent dans l’échantillon d’une affaire familiale. Les parents — voire les grands-parents — ont lancé l’entreprise et acquis la propriété de l’immeuble : le commerçant actuel en a hérité et a parfois aussi repris le domicile aux étages (sur 49 personnes interrogées, 18 vivent ou ont longtemps vécu à proximité immédiate du commerce, dont 6 aux étages de la cellule commerciale). De ce fait, ou simplement en raison de la durée de l’activité commerciale, les personnes interrogées sont souvent loquaces sur l’évolution du quartier et de leur clientèle, qu’elles observent jour après jour.

Le mot qui semble le mieux résumer l’impression générale est le déclin (baisse de la diversité de l’offre, chute du nombre de clients, diminution de l’attractivité du quartier, moindre qualité des commerces). À de très rares exceptions, tous les commerçants interrogés possèdent une vision plutôt pessimiste de l’évolution générale du quartier dans lequel ils sont implantés, se référant — y compris pour ceux qui n’y sont que depuis quelques années — à un âge d’or révolu.

Ce constat se nourrit également de la perception qu’ont les commerçants de l’évolution de leur activité et de l’état de leur entreprise : « on survit », « on vivote » reflètent encore mal les difficultés et les incertitudes financières qui pèsent en matière d’emploi. Lors des entretiens, de nombreuses personnes ont expliqué qu’elles géraient tout toutes seules, parfois sans pouvoir s’attribuer un salaire décent après les frais payés, faute de moyens suffisants pour embaucher un employé. D’autres ont raconté avoir dû licencier leur collaborateur pour s’en sortir, ou demander à des stagiaires de devenir bénévoles. À l’inverse, quelqu’un souhaitant engager un jeune ne l’a pas fait, perdu dans les démarches administratives nécessaires à l’obtention des aides à l’embauche.

Ce dernier aspect se reflète plus largement dans le désarroi des commerçants face à la complexité croissante de leur métier, mentionnée à de très nombreuses reprises parmi les difficultés et les facteurs de perturbation et de fragilisation de leur activité. De nature variée, les éléments cités l’ont le plus souvent été par plusieurs personnes et peuvent être rassemblés en neuf catégories : des facteurs liés à la mobilité et l’aménagement de l’espace, des difficultés administratives (dont des difficultés de communication avec les pouvoirs publics), l’individualisme constitutif du métier (regretté par beaucoup, même s’ils n’ont pas le temps de s’impliquer dans des initiatives collectives), des facteurs liés à l’aspect du quartier (avec une dissension évidente sur le rôle néfaste ou bénéfique des grandes enseignes), des concurrences variées, des incertitudes, la diminution des revenus et l’importance des loyers et coûts fixes, des autres facteurs extérieurs (un tableau de synthèse se trouve à la fin de ce billet).

Aux facteurs négatifs s’opposent les facteurs de succès, les éléments favorables qui permettent à l’activité commerciale de se maintenir et parfois même d’envisager de s’étendre. En dehors de l’importance de soigner le service au client et du point contesté des grandes enseignes, tantôt demandées des vœux des commerçants pour redynamiser un quartier, tantôt décriées, le point essentiel à noter ici concerne la difficulté à répondre, qui dénote probablement d’un manque de réflexion sur les aspects positifs de l’activité.

Pour beaucoup, enfin, l’avenir est incertain : il s’agit souvent de tenir, sans nécessairement envisager de transformer leur activité et se repositionner face aux difficultés énoncées. La variabilité des loyers associée à des changements de propriétaire est une menace particulièrement sensible pour les commerçants locataires. Certains évoquent la reprise aussi, idéalement par un employé — quand il y en a — ou par une personne qui reste à trouver. Les incertitudes sont grandes ici et elles se manifestent à différentes échelles de temps. À l’horizon plus ou moins lointain de la cessation d’activité vient s’ajouter celui de l’avenir proche : les grands bouleversements du quartier semblent ne jamais avoir été préparés dans les propos tenus par les commerçants de La Chasse (commune arrive), d’Uccle-Centre (commune s’en va) ou de la rue Vanderkindere (déménagement de l’hôpital Edith Cavell).

La plupart des difficultés citées par les personnes interrogées rencontrent en fait des constats plus largement présents dans la littérature scientifique. Sans surprise, les questions d’accessibilité et de l’environnement immédiat du commerce — dont ses défauts ou le problème des travaux — sont présentes dans la parole des commerçants bruxellois. D’autres facteurs liés à l’évolution des coûts d’exploitation (incertitudes sur bail ou loyer, etc.) ou aux changements de la clientèle (paupérisation ou fragmentation) étaient attendus. Par contre, le contact des commerçants a pris les chercheurs par surprise dans deux domaines, qui montrent ainsi l’intérêt de l’exercice. En premier lieu, alors que les publications abondent pour discuter du tournant numérique et des enjeux auxquels il soumet les formes traditionnelles du commerce, sur le terrain, ces questions étaient à peine évoquées, comme si elles n’avaient pas d’impact, ou qu’on ne savait pas comment s’y préparer. Enfin, en deuxième lieu, c’est à travers une souffrance largement partagée que s’est exprimée la pénibilité des conditions de travail des commerçants : face aux nombreuses tâches à gérer chaque jour, une grande solitude transparaît, à laquelle ils sont nombreux à associer l’individualisme du métier, inévitable faute de temps.

Ébauche modeste d’un diagnostic quantitatif du métier de commerçant à Bruxelles, cette campagne d’entretiens et les informations rassemblées nourrissent désormais les étapes suivantes du projet de recherche qui espère apporter quelques pistes de solutions aux difficultés partagées.

Synthèse des facteurs de perturbation et de fragilisation de l’activité commerciale (selon les commerçants interrogés dans l’enquête menée à Bruxelles à l’automne 2017 – Projet ReReB)
Mobilité et aménagement espace sens uniques
piétonnier
parking (manque ou coût élevé): clients ne flânent plus!
parking empiète sur passage des piétons
travaux
Difficultés administratives administratif lourd
complexité du métier (variété des tâches à gérer)
relation avec les pouvoirs publics (temps de réaction!)
choix politiques: inexistants ou mauvais pour commerce indépendant
normes tuent l’artisanat (de bouche)
Individualisme faiblesse des associations de commerçants
manque d’entraide
sentiment d’isolement
manque d’animation du quartier
Aspect du quartier évolution du quartier (perte attractivité)
manque de diversité offre commerciale
grandes marques : manquent ou concurrencent
SDF et mendicité
propreté des espaces publics
insécurité (quartier Marie-Christine)
Concurrences concurrence d’Internet (prix ou temps)
concurrence moindre qualité (produits chinois ou voisins)
Incertitudes variabilité des rentrées >< augmentation des frais fixes
salaire pas assuré
difficulté d’engager (coût, paperasse)
Diminution des revenus crise (pouvoir d’achat plus faible)
diminution clientèle
importance et diversité des taxes (y compris pour autocollants sur vitrine!)
évolution des modes de consommation (dépend des produits vendus)
Loyer / coûts fixes pas d’encadrement des loyers (seul face au proprio)
importance des charges
inégalités d’accès selon nationalité pour achat cellule commerçante
Facteurs extérieurs attentats

[i]https://www.rereb.be


Pour citer ce billet:

Tatiana Debroux, 10/09/2018, "Ce qui ne va pas, selon moi… Une enquête chez des commerçants bruxellois (épisode 1)," in Géomarketing, https://geomarketing.hypotheses.org/672.


Vous aimerez aussi...