“Résiste !”: de la résilience du commerce

La résilience fait aujourd’hui partie des incontournables des politiques de développement urbain. Fait-elle sens pour la sphère du commerce ? Qu’elle désigne la longévité d’un commerçant ou les transformations d’un noyau commercial, la notion soulève des questions qui sont intimement liées à l’environnement du commerce, tant économique, psychosociologique que géographique.

Pourquoi certains magasins semblent avoir toujours été là quand d’autres ne tiennent qu’une saison ? Comment résistent ceux dont la porte semble ne jamais tinter ? Tous facteurs conjoncturels et structurels neutralisés, la clef de la « résilience » serait-elle dans l’adaptation constante de l’offre et des services offerts ou, simplement, dans la capacité de bien tenir son registre ?

Issue de la physique, la notion de résilience désigne à l’origine une caractéristique mécanique définissant la résistance aux chocs des matériaux et leur capacité à reprendre forme après l’impact. Plus ou moins plastiques, les matériaux reprennent rarement leur forme initiale mais peuvent gagner un nouveau degré de résistance aux chocs ultérieurs dans leur nouvel état. Des sciences dures, la notion a ensuite été transposée – et popularisée – dans le champ des sciences humaines et de la psychologie en particulier. Ce ne sont plus des matériaux qui se transforment physiquement, mais des individus qui possèdent à différents degrés la capacité à se reconstruire après un traumatisme. Dans les deux cas, la résilience ne signifie pas un retour à l’état antérieur mais l’apparition d’une nouvelle situation favorable et la destruction évitée.

C’est d’ailleurs sous cette dernière forme (ne pas faillir) que la notion de résilience se comprend sans doute le plus souvent dans le monde du commerce : il s’agit pour le  « petit » commerçant ou l’entrepreneur commercial d’éviter d’avoir à se relever et d’anticiper les chocs pouvant survenir dans leur activité, qu’ils y soient ou non directement liés (une comptabilité défaillante pouvant nuire tout autant que des travaux de chaussée). A une autre échelle, la résilience est également attendue : dans les vues des aménageurs territoriaux (publics ou privés) et des autorités locales, il importe que la fonction commerciale dans son ensemble se porte bien, fournissant aux habitants et usagers les produits et services dont ils ont besoin, maintenant de l’emploi local et participant fréquemment à l’attractivité du territoire.

Deux notions essentielles sous-tendent donc l’application de la notion au champ du commerce, celle du temps et de l’échelle, qui font de la résilience du commerce un objet particulièrement adapté à l’analyse géographique.

La première de ces notions, le temps, est intrinsèquement liée à la signification de la  résilience. Résister implique de durer au moins le temps de la perturbation, voire de profiter de celle-ci pour se transformer et retrouver un nouvel équilibre. Ce qui vaut au niveau de la cellule commerciale individuelle s’exprime également pour le noyau, dont la longévité résulte de l’addition des trajectoires individuelles internes mais aussi de dynamiques commerciales responsables de reconfigurations territoriales à l’échelle métropolitaine. L’histoire récente du commerce est ainsi marquée par différentes phases, qui chacune ont participé à valoriser ou affaiblir les différentes implantations commerciales.

Illustration: la fin du photographe par Benjamin Wayens, 2018.

Aux années 1950, considérées comme l’âge d’or du commerce et caractérisées par le commerce de proximité et les grands magasins de centre-ville, a succédé une lente déprise associée à la périurbanisation et au développement du commerce périphérique. Entamé il y a cinquante ans, celui-ci a aussi connu des mutations (et des disparitions) liées aux évolutions des modes de consommation et des loisirs dans les années 1980-1990. Les évolutions plus récentes des villes, différenciées selon leur position dans la hiérarchie urbaine, ont à leur tour entraîné des reconfigurations de la géographie de la consommation, par la redynamisation de certains centres ou la création de friches commerciales en périphérie par exemple.

Aujourd’hui, les enjeux associés à la financiarisation de l’immobilier commercial et au commerce en ligne appellent les autorités publiques comme les acteurs du commerce à s’adapter une fois de plus à la donne économique et aux nouvelles pratiques de la clientèle. Pop-up et concepts stores correspondent à une valorisation temporaire de l’immobilier en voie de reconversion, tandis que les magasins immédiatement concurrencés par les géants de la vente par Internet se transforment en showrooms, en points de collecte ou en espaces de conseil pour espérer capter les clients. A ces transformations immobilières et sectorielles s’ajoutent les développements commerciaux portés par les autorités locales, dont une forme emblématique depuis quelques décennies est celle des piétonniers dans les espaces urbains centraux. Répondant à différents modèles de développement urbain, dont ceux de la ville durable et de la ville attractive, cette pratique supposée renforcer la résilience des centres et la qualité de vie des résidents et usagers a pu paradoxalement nuire au commerce de proximité, à mesure de l’uniformisation de l’offre dans les piétonniers et d’un glissement vers les clientèles de passage (touristes, employés, etc.).

Les fortunes diverses de telles opérations, abondamment étudiées dans la littérature scientifique, illustrent la variété des types d’implantations commerciales et l’importance des contextes géographiques dans leur destinée, et notamment des questions d’échelles.

Seconde notion fondamentale épinglée dans ce billet, l’échelle est envisagée sous deux aspects pour éclairer la résilience du commerce. Dans son acception immédiate, l’échelle est  une affaire spatiale : la localisation d’une activité commerciale – quelle rue, quel quartier, quelle couronne urbaine, quel type de ville ? – influencera considérablement sa visibilité, son accessibilité et sa fréquentation. L’importance de l’environnement commercial en tant que système est donc l’échelle d’action privilégiée pour travailler la résilience du commerce.

Toutefois, une autre échelle d’analyse, plus individuelle, s’avère tout aussi importante, en particulier dans le cas du commerce indépendant. Largement influencée par son environnement, la bonne santé d’un commerce et sa résilience dépendent aussi de l’environnement psychosociologique du commerçant, qui sera un facteur de fragilisation ou de soutien immédiat de l’activité, notamment pour résister aux perturbations extérieures. Insuffisamment fédéré, le monde du commerce indépendant souffre de la complexité et de l’ampleur de la gestion quotidienne des stocks et des factures, où les erreurs et imprévus amènent souvent à mettre rapidement la clef sous le paillasson. Cette échelle individuelle, face à laquelle il semble plus difficile d’agir, est pourtant un enjeu pour de nombreux commerces et influence de fait la résilience générale de certains quartiers de consommation. Plus que par des solutions aménagistes, la résilience du commerce gagnerait sans doute aussi à se jouer sur d’autres terrains – de la formation, du coaching, de la collectivité – qui contribueraient à renforcer individuellement et collectivement les cellules et les systèmes commerciaux.

Références :

DESSE, René-Paul, LESTRADE, Sophie, DUGOT, Philippe, LEBRUN, Nicolas, LEMARCHAND, Nathalie, MÉRENNE-SCHOUMAKER, Bernadette, POUZENC, Michaël, SOUMAGNE, Jean, WAYENS, Benjamin et ZINSOU-KLASSOU, Kossiwa (éd.), 2016. Mutations de l’espace marchand. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

SOUMAGNE, Jean (éd.), 2014. Aménagement et résilience du commerce urbain en France. Paris : Editions L’Harmattan.


Pour citer ce billet:

Tatiana Debroux, 26/09/2018, "“Résiste !”: de la résilience du commerce," in Géomarketing, https://geomarketing.hypotheses.org/660.


Vous aimerez aussi...