Hotelling et la concentration: une présentation didactique à revisiter

Les réflexions relatives à la concentration des points de vente d’un même type font souvent référence au modèle attribué à Harold Hotelling (1929) et souvent présenté didactiquement par l’exemple de marchands glaces sur une plage. Mais cela mérite une relecture attentive.

Illustration: Trucks par Jaako Hakulinen, 2010.

La présentation du modèle spatial imagine deux vendeurs de crème à la glace sur une plage. Leurs produits sont de qualité identique et les clients, uniformément répartis le long de la plage, vont donc être tentés de se fournir chez celui des deux vendeurs qui leur est le plus proche. Si les deux marchands se placent au milieu de chacune des deux moitiés de la plage, ils draineront donc chacun une clientèle identique. Le seul moyen pour chacun de ces vendeurs de tenter d’augmenter leur clientèle est alors de se rapprocher du centre de la plage, puisque la clientèle située aux extrémités leur est de toute manière acquise. Finalement, ces deux vendeurs vont se retrouver dos à dos, au centre de la plage. Ils peuvent alors chacun espérer capter l’ensemble des clients, à condition d’améliorer ou de différencier leur produit ou leur visibilité.

On a donc ici le paradoxe que c’est la concurrence entre les marchands qui mène à leur concentration spatiale, mais au prix d’une maximisation des distances à parcourir par les consommateurs. Néanmoins, l’allongement de la distance à parcourir par les clients situés aux extrémités de la plage pourrait les décourager et permettre l’implantation de nouveaux vendeurs disposant d’une clientèle d’un volume suffisant (surtout si la plage « s’allonge », traduisez si la ville s’étend, ou si l’accès « au centre de la plage » devient moins aisé).

Cet exemple pédagogique célèbre lié à l’espace est en fait absent chez Hotelling, qui s’intéresse surtout à la possibilité de stabilité des prix dans un contexte de concurrence ; c’est Lösch qui l’imagine en 1954 dans sa présentation personnelle du principe de différenciation minimale de Hotelling. Synthétisant 60 ans de littérature inspirée de Hotelling, Brown (1989) montre que, dès que l’on s’écarte des conditions très restrictives et peu réalistes du modèle (la demande est constante, inélastique y compris vis-à-vis de la distance et les consommateurs répartis uniformément), celui-ci prédit la dispersion plutôt que la concentration. Par contre, l’introduction de l’incertitude et de comportements de réduction de risque mènent à la concentration. Or ni les commerçants ni les consommateurs ne sont parfaitement informés. Dans cet esprit, l’existence d’un magasin florissant démontre la présence d’un marché, qui peut donc attirer d’autres commerces analogues. De même, la présence de commerces voisins de même type permet au chaland de construire son information sur les prix, les modèles disponibles, etc. par comparaison.

Revisitant le principe d’Hotelling en tenant compte de l’ensemble des aspects possibles de différenciation (localisation, profondeur de l’assortiment, services…), les économistes Irmen & Thisse (1997) ont démontré que Hotelling avait presque raison, dans ce sens que les entreprises cherchent à minimiser l’ensemble de leurs différentiations, sauf une. Si la différenciation ne se fait pas par la localisation, une autre caractéristique doit assurer ce rôle.

Le principe d’Hotelling dans sa présentation classique suggère que ces processus de concentration ou dispersion apparaissent comme le résultat d’ajustements volontaires de la part des commerçants. Néanmoins, cela leur suppose une bonne connaissance de l’environnement, qui est loin d’être systématique. Aussi, la concentration spatiale doit aussi partiellement résulter de processus passifs : les points de vente mal localisés tendent à disparaître plus fréquemment que ceux bien localisés, dans le cadre d’un processus de sélection. Ou encore le fait que des commerces vendant un même type de bien sont concentrés… parce que leurs clients ont certaines caractéristiques… et sont eux aussi concentrés dans l’espace (Wayens & Grimmeau, 2006).

Et si vous avez été attentifs, les deux food-trucks qui illustrent ce billet ne sont pas à la plage… et ne vendent pas la même chose !

Références:

BROWN, Stephen, 1989. Harold Hotelling and the principle of minimum differentiation. Progress in Human Geography. 1989. Vol. 13, n° 4, pp. 471‑493.

HOTELLING, Harold, 1929. Stability in Competition. The Economic Journal. 1929. Vol. 39, n° 153, pp. 41‑57.

IRMEN, Andreas et THISSE, Jacques-Francois, 1998. Competition in Multi-characteristics Spaces: Hotelling Was Almost Right,. Journal of Economic Theory. 1998. Vol. 78, n° 1, pp. 76‑102.

LÖSCH, August, 1954. The economics of location. Yale : Yale University Press.


Pour approfondir la question et citer cette contribution:

WAYENS, Benjamin et GRIMMEAU, Jean-Pierre, 2006. Types de commerces concentrés et dispersés à Bruxelles : complémentarité ou concurrence ? Belgeo. 2006. Vol. 2006, n° 1‑2, pp. 67- 80. http://journals.openedition.org/belgeo/11303


Vous aimerez aussi...