Commerce, croissance urbaine et patrimoine

La comparaison de la localisation du commerce avec les phases de croissance de la ville fait découvrir de nombreuses correspondances. Aujourd’hui encore, et ce malgré une spectaculaire réduction du nombre de commerces actifs depuis 1950, la géographie du commerce souligne la trame historique de la ville.

Comparer la répartition des parcelles cadastrales occupées par des commerces en 2017 à l’ancienneté de l’urbanisation permet de bien mettre en évidence les liens qui unissent commerce et croissance urbaine.

Les parcelles cadastrales occupées par le commerce de détail en 2017 et l’ancienneté de l’extension urbaine bruxelloise. Source: hub.brussels (2017); Grimmeau et Wayens (2003); Fricke et Wolff (2002) ; Annaert (1982)

Couronnes urbaines et chaussées

Une première observation est l’existence d’une forte concentration commerciale au centre de la ville, de la place Sainte-Catherine au Mont des Arts, qui correspond assez bien à l’extension de la ville au 13e siècle, à l’intérieur des premiers remparts. Ce tissu urbain médiéval, aux rues tortueuses, présente une très forte densité bâtie, liée à la prédominance des déplacements pédestres, qui explique à la fois l’étroitesse des rues et l’utilisation intensive de l’espace: il importait de loger la population près des activités, notamment dans les nombreuses impasses. En dehors de celles-ci, le commerce est aujourd’hui omniprésent : près de trois quarts des bâtiments comptent un commerce à leur rez-de-chaussée [Wayens & Grimmeau, 2003].

Une seconde observation est la grande importance commerciale d’une série d’artères, rayonnant à partir du centre-ville. Ces chaussées sont les anciennes voies pavées reliant Bruxelles aux villes et villages voisins. Elles existent généralement depuis le Moyen Âge et passaient par les rares portes des deux enceintes : celle du 13e siècle, déjà évoquée, et celle du 14e, correspondant depuis le 19e siècle aux boulevards de l’actuel Pentagone. Par la Steenpoort et la Porte de Hal, une voie partait vers Waterloo et Alsemberg. Par les Portes du Coudenberg et de Namur, on allait vers Ixelles, Wavre et Namur. Vers Louvain et Schaerbeek par les portes du même nom. Puis il y avait la Porte de Laeken, celle de Flandre, la Porte du Lion menant vers Mons. La Chaussée de Ninove est de création plus récente, comme aussi l’avenue Louise. Ces différentes chaussées se caractérisent par un tissu commercial dont la densité varie : plusieurs noyaux importants, reliés par des espaces plus clairsemés.

À l’extérieur des remparts, près des portes, des maisons sont apparues pour accueillir les voyageurs arrivant après la fermeture des portes ou des métiers nécessitant beaucoup de place (blanchisseurs et foulons par exemple). C’est l’origine des faubourgs, bine matérialisés par l’extension de la ville en 1858, dont les quartiers de la Chapelle (rue Haute) et de la Porte de Namur sont de bons exemples ; l’activité commerciale s’y est généralement maintenue.

Enfin, les noyaux villageois, qui ont été englobés par la croissance urbaine aux 19e et 20e siècles, ont généralement développé une activité commerciale préexistante, favorisée par un réseau de voirie ancien assurant leur rayonnement. Ils représentent souvent les niveaux intermédiaires de la hiérarchie des noyaux commerciaux. De bons exemples sont le quartier de la Chasse, Uccle-centre, la place Saint-Denis, la place de la Vaillance, le centre de Jette (Miroir), la place de Saint-Job, la place Dumon, etc. Par contre, d’autres noyaux commerciaux importants ne correspondent pas à d’anciens villages, comme la rue des Tongres et l’avenue Georges Henri, la rue du Bailly, la rue Vanderkindere, la rue de Brabant, le quartier de l’Université, la rue Marie-Christine, etc.

La résilience du patrimoine commercial

Le commerce de détail reflète l’histoire de la ville et s’adapte à son évolution. De ce fait, la structure actuelle du commerce dans la ville traduit certains héritages historiques, mais fonctionne selon des logiques différentes de celle prévalant par le passé.

Le commerce s’adapte à la demande, soit par déménagement, soit par la localisation différente des disparitions et des créations. Cette adaptation fait suite notamment à la migration de la partie la plus nantie de la population vers la périphérie, dès le 19e siècle (peuplement du quartier Léopold, puis de l’avenue Louise), sous la pression des autres fonctions urbaines (bureaux) et du veillissement du parc de logements. À partir de 1960, les espaces délaissés à la fois par la résidence aisée et par les bureaux ont été occupés par l’immigration peu qualifiée, à faible pouvoir d’achat. Depuis le milieu des années 1980, un certain regain d’intérêt de la population aisée pour les quartiers anciens se manifeste. Le petit commerce a aussi subi la concurrence de la montée de formes nouvelles : supermarchés, hypermarchés, shopping centers, et a dû s’adapter à l’évolution des comportements des consommateurs.

Cette adaptation constante n’est pas sans conséquence sur le plan patrimonial : la transformation d’un commerce en logement, généralement à faible frais, laisse subsister un témoignage de la fonction commerciale passée, mais il s’agit évidemment d’un reste fragile, sans valeur pour l’occupant et le propriétaire. Inversement, dans les espaces commerciaux les plus actifs, la rénovation régulière du magasin semble indispensable à la crédibilité commerciale. Ce ne sont que quelques rares maisons anciennes qui s’attachent à leur cadre historique et le protègent soigneusement parce qu’il vaut carte de visite. Enfin, le retour d’intérêt pour l’ancien n’est pas non plus sans danger. Les commerces de la gentrification remettent souvent le cadre ancien à l’honneur, mais parfois de manière outrée, comme en décapant les murs intérieurs pour dégager les briques et les laisser apparentes, au risque de les fragiliser. Par ailleurs, le « faux vieux » sème la confusion et émousse l’intérêt pour les vrais témoins matériels. En conséquence, les commerces anciens conservés sont souvent localisés dans des quartiers où ils ne peuvent plus fonctionner dans leur activité d’origine (poissonnerie de la rue du Trône, chemiserie de la rue Royale, quincaillerie de la rue du Page). Se pose alors le problème de leur réaffectation. Peu de types de commerces peuvent fonctionner hors des noyaux commerciaux et tirer parti d’un cadre ancien.

Dès lors, c’est aujourd’hui plus la localisation des cellules commerciales et dans une certaine mesure la structure commerciale, traduction d’une centralité historique élargie, qui constitue l’essentiel des témoins du passé bien plus que l’architecture des cellules commerciales. Un peu comme le parcellaire étroit des digues de la côte belge qui est la dernière trace des maisons du début du 20e siècle remplacées par deux ou trois générations d’immeubles à appartements.


Références:

FRICKE, Renzo et WOLFF, Eléonore, 2002. The MURBANDY Project: development of land use and network databases for the Brussels area (Belgium) using remote sensing and aerial photography. International Journal of Applied Earth Observation and Geoinformation. 2002. Vol. 4, n° 1, pp. 33‑50.
GRIMMEAU, Jean-Pierre et WAYENS, Benjamin, 2003. Le commerce à Bruxelles et l’évolution de la ville. In : Commerce et négoce. Sprimont : Mardaga. pp. 31‑42.


Pour citer ce billet:

Benjamin Wayens et Jean-Pierre Grimmeau, 04/10/2019, "Commerce, croissance urbaine et patrimoine," in Géomarketing, https://geomarketing.hypotheses.org/1402.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search