Les multiples métiers du commerçant

Le métier de commerçant semble facile à définir : il s’agit de vendre des biens ou des services aux particuliers dans une boutique qui se distingue généralement par une vitrine ou un panneau signalant l’existence du commerce, l’enseigne. Mais en fait, le commerçant assure une fonction de distribution à laquelle sont associés de nombreux métiers… bien souvent assurés par la même personne ou une équipe resserrée.

Illustration: comptoir du magasin général Robin, Jones and Whitman (Percé, Québec) par Benjamin Wayens, 2018.

Le commerce est l’activité qui consiste à vendre des biens ou des services. Le commerce de détail assure l’achat et la revente en quantités adaptées au consommateur final alors que le commerce de gros assure l’approvisionnement de ces revendeurs ou collectivités. Dans un cadre plus large, on parlera dans le monde de l’entreprise respectivement de « business to consumer » (B2C) et de « business to business » (B2B). Le commerce intégré (la grande distribution) est fondé sur une logique d’intégration dite verticale, en substituant ses propres centrales de distribution aux grossistes, voire en intervenant dans la conception et la production des produits (Strale et Wayens, 2013). Certains industriels ont constitué leurs propres réseaux de distribution et vendent directement en ligne, mais aussi via des points de vente à leur enseigne.

Le commerce de détail, plus que le simple transfert de marchandises entre la sphère de production et de consommation, assure la rencontre de l’offre et de la demande par sa fonction d’assortiment. Le point de vente réunit en effet des biens issus de différents producteurs pour satisfaire le client en matière de goûts, de choix, de prix et de modalité d’organisation des achats. Il est évidemment aussi un point stratégique de la chaîne de distribution, assurant le transfert effectif des biens, mais aussi de multiples traitements tels que la facturation, le groupage-dégroupage, l’emballage, l’étiquetage, le stockage, le financement du stock, une partie de la promotion et de la publicité… La dimension de conseil au consommateur et donc de mise en adéquation de l’offre et de la demande par la création d’un service aux consommateurs est aussi un aspect essentiel de l’activité du commerce de détail, surtout dans le cadre de biens ou de services où un décalage important et croissant peut exister entre la technicité de l’offre et le niveau de compétence des consommateurs (informatique, mais aussi bricolage ou sport par exemple). Enfin, on doit souligner que le commerce de détail tend de plus en plus à piloter certaines filières de production du fait de sa connaissance du marché. Ce n’est plus uniquement l’exutoire de produits industriels standardisés. Cette nouvelle fonction de pilotage tend à renforcer le pouvoir des entreprises du commerce de détail, particulièrement celles de la distribution intégrée, face aux industriels (Moati, 2011, Wayens et Keutgen, 2015).

Figure 1. Les 4 fonctions du commerce de détail dans le processus de distribution. Source : adapté de Vandercammen et Jospin-Pernet, 2010, p.28-29.

Dans les années 1950, la vie du commerçant s’est donc fortement complexifiée, ce dans les multiples fonctions qu’il doit mener de front. Les contraintes administratives se sont multipliées et les commerçants doivent recourir à une série de services payants. Il en résulte qu’une certaine expertise doit être développée dans chacun des champs de l’activité commerciale, nécessitant souvent d’engager des collaborateurs. Mais cela engendre aussi un accroissement des coûts et du temps de gestion, qui pèse sur la marge et le temps de travail (Grimmeau et Wayens, 2016).

Tableau 1. Les principales ruptures dans la transformation du métier de petit commerçant (1954-2015). Source: Grimmeau et Wayens (2016).

Références :
GRIMMEAU, Jean-Pierre et WAYENS, Benjamin, 2016. Les causes de la disparition des petits commerces (1945-2015). Courrier hebdomadaire du CRISP. 2016. N° 2301‑2302, pp. 5‑114. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2016-16-page-5.htm
MOATI, Philippe, 2011. La nouvelle révolution commerciale. Paris : O. Jacob.
STRALE, Mathieu et WAYENS, Benjamin, 2013. L’approvisionnement des commerces bruxellois : estimation et spatialisation des flux de livraison. In: Mobilité et logistique à Bruxelles. Bruxelles : VUBpress. Urban notebooks – Stadsschriften – Cahiers urbains.
VANDERCAMMEN, Marc et JOSPIN-PERNET, Nelly, 2010. La Distribution. Bruxelles : De Boeck.
WAYENS, Benjamin et KEUTGEN, Carole, 2015. Quels commerces pour quels emplois ? Structure et logiques d’organisation du travail dans l’aire métropolitaine bruxelloise. Bruxelles : Inter-environnement Bruxelles. Etudes et analyses. Disponible à l’adresse : http://www.ieb.be/Quels-commerces-pour-quels-emplois-Structure-et-logiques-d-organisation-du


Pour citer ce billet:

Benjamin Wayens, 15/02/2019, "Les multiples métiers du commerçant," in Géomarketing, https://geomarketing.hypotheses.org/1387.


Vous aimerez aussi...