Gérer les déchets des commerces dans un quartier urbain dense : regards sur une logistique méconnue

Ces dernières années, les efforts réalisés par les particuliers et par les institutions pour réduire le nombre de déchets et rendre leur gestion plus responsable sont nombreux. Par ailleurs, le cadre législatif se renforce. Mais qu’en est-il des déchets issus des commerces ? Et comment cela se met-il en place dans les quartiers commerçants ?

En mai 2018, l’Union européenne a ainsi approuvé une législation visant à recycler au moins 65 % des déchets municipaux d’ici 2035 dans tous les états membres[ et actuellement, la région bruxelloise est en train de finaliser son cinquième Plan de Gestion des ressources et des déchets. Mais bien que spécifique, ce secteur du commerce de détail a jusqu’à présent bénéficié de peu d’attention de la part des chercheurs et professionnels, qu’ils soient du monde du commerce ou de celui des déchets. Pourtant, avec plus de 20 000 commerces sur son territoire, les quantités de déchets issus de cette activité et les flux engendrés pour leur collecte sont conséquents en région bruxelloise.

Ce billet dresse un rapide état des lieux de la gestion des déchets issus de l’activité commerciale et identifie les principaux questionnements en la matière, suscités par une recherche de terrain menée dans le quartier commercial de Stalingrad-Lemonnier, au centre de Bruxelles. Le billet décrit brièvement le contexte bruxellois puis analyse la situation de ce quartier caractérisé par une importante présence des commerces de bouche (cafés, snacks, restaurants…) et de transport de marchandises (agences de voyages et compagnies d’expédition internationale de paquets). Il se conclut en s’interrogeant sur les autres modes de gestion possibles, imaginés à travers un processus de recherche participative avec les commerçants locaux.

La gestion des déchets issus de l’activité commerciale comporte des enjeux à plusieurs échelles.

Pour les commerçants, la gestion des déchets a un coût et est soumise à des réglementations. En outre, elle comporte pour eux des contraintes importantes (mobilisation d’espace, ou de temps, génération des quantités suffisantes pour rentabiliser un tri sélectif) et cette question leur apparaît bien souvent secondaire à côté des nombreuses autres tâches qui les occupent quotidiennement. A noter toutefois que pour certains commerçants, une gestion optimale des déchets fait désormais partie de leur argument de vente (restaurants « zéro déchet », épicerie de produits en vrac…).

La Réglementation bruxelloise en matière de déchets professionnels implique, outre les spécificités liées aux domaines d’activité (réglementation en matière de déchets dangereux, obligation de reprise, etc.), que les commerces sont soumis au même cadre règlementaire que l’ensemble des entreprises de la Région bruxelloise. Celui-ci comporte deux obligations principales, à savoir (1.) l’obligation de trier les déchets suivant : PMC, papier & carton, déchets de verre d’emballage, déchets végétaux, déchets d’animaux, déchets dangereux et déchets soumis à obligation de reprise et (2.)
l’obligation de conclure un contrat avec un collecteur (et/ou de disposer d’attestations prouvant le traitement des différents types de déchets).

La gestion des déchets influence aussi la qualité de vie dans les quartiers commerçants. En effet, dans un système de collecte en porte-à-porte, un affinement du tri des déchets à la source engendre une multiplication des flux de déchets à collecter et donc une augmentation des nuisances liées au transport. De plus, le stockage temporaire des déchets sur les trottoirs avant leur collecte entrave la circulation des piétons et engendre des nuisances visuelles et olfactives. Une image de malpropreté nuit à l’attractivité du quartier et son activité commerciale. En plus, la collecte en elle-même provoque des ralentissements dus à la faible cadence des camions collecteurs et au trafic dans le quartier, un phénomène renforcé par la multiplicité des passages. En outre, la libéralisation du marché des transporteurs de déchets en Belgique induit notamment les passages de différents collecteurs dans une même rue pour un même flux de déchets.

Trois types d’acteurs se partagent la collecte des déchets professionnels en Région bruxelloise : (1.) Bruxelles-Propreté est l’organisme para-régional chargé de la collecte des déchets des ménages. Il propose également un service commercial auprès duquel les professionnels peuvent souscrire un contrat de collecte; (2.) dans le cadre de la libéralisation du marché de la collecte des déchets, les professionnels peuvent aussi faire appel à un collecteur privé, les plus importants étant en région bruxelloise Suez et Renewi; (3.) les communes bruxelloises sont responsables de la collecte des poubelles publiques et du nettoyage des rues (sauf sur les voiries régionales ou celà est assuré par Bruxelles-Propreté).

Malgré des enjeux locaux importants en termes économiques et environnementaux, la nature et la quantité précise de déchets générée par les commerces de la Région bruxelloise restent malconnues. Le fait que différents collecteurs se partagent le marché rend l’acquisition et la comparaison de données difficiles. En outre, Bruxelles-Propreté combine ses collectes de déchets ménagers privés et commerciaux, rendant compliquée la production de statistiques distinguant l’origine des flux.

Illustration: roses du matin par Pernelle Godart, 2018.

Un cas d’étude : le quartier Stalingrad-Lemonnier

Toutes ces considérations ont poussé le projet Resilient Retail for Brussels (ReReB), en collaboration avec Bruxelles Mobilité, à étudier la gestion des déchets dans le quartier Stalingrad-Lemonnier afin d’y relever d’une part les difficultés et bonnes pratiques existantes et, d’autre part, les limites et conditions nécessaires pour tendre vers une meilleure gestion des déchets. Un volet, sur base de questionnaires et de relevés de terrains, visait à quantifier les volumes de déchets produits par les commerçants. D’un point de vue plus qualitatif, des entretiens semi-directifs ont été menés avec ces derniers. Les acteurs clés de la problématique, association des commerçants, Bruxelles-Propreté, service propreté de la Ville de Bruxelles, professionnels privés du ramassage de déchets, ont aussi été interviewés systématiquement. Nous synthétisons ici les principaux résultats de ces démarches.

La quantification des flux s’est avérée très complexe pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les commerçants ont peu de temps à consacrer à des questionnaires et n’ont pas nécessairement une vue globale sur le volume de déchets générés. Ensuite, des observations de terrain et des entretiens ressort le fait que l’obligation de détenir un contrat de collecte pour les entreprises de la Région bruxelloise est n’est pas scrupuleusement respectée, ce qui induit l’usage de sacs blancs mêlés aux déchets privés produits par les habitants du quartier. En outre, parmi les commerces détenteurs d’un contrat de collecte, une stratégie parfois adoptée consiste à minimiser les quantités de déchets produites afin d’en limiter les coûts de collecte. Cette stratégie de sous-estimation peut également être associée à un souhait de ne pas attirer l’attention sur l’ampleur de l’activité, un sujet manifestement sensible pour les petits entrepreneurs commerciaux.

Du point de vue qualitatif, les constats sont variés. Tous d’abord, Bruxelles-Propreté est le collecteur le plus représenté parmi les commerces du quartier Stalingrad-Lemonnier. Les raisons principales de ce choix résident dans des tarifs plus faibles et une collecte par sacs (les sacs roses visibles sur les trottoirs bruxellois). Les autres collecteurs fonctionnent principalement avec des containers, obligeant les commerces à disposer de la place suffisante pour entreposer ces derniers. En outre, une tension existe entre acteurs publics et privés. GO4CIRCLE, la fédération représentant les collecteurs privés de déchets, regrette un fonctionnement perçu comme opaque de Bruxelles-Propreté, notamment en ce qui concerne ses obligations en matière de ramassage de déchets commerciaux.

Les commerçants signalent aussi la difficulté de mettre en œuvre le tri sélectif des déchets pour plusieurs raisons : le manque de place pour installer les infrastructures nécessaires dans les magasins, le coût élevé des collectes sélectives, les quantités insuffisantes de certaines catégories de déchets induisant un long entreposage des déchets (et ses conséquences en matière d’hygiène), ou encore un manque de collaboration de la part des clients, lesquels ne trieraient pas leurs déchets quand l’infrastructure est mise à leur disposition.

Au niveau de l’image du quartier enfin, les commerçants comme les autorités dénoncent un problème de propreté, avec la présence permanente de sacs poubelles dans l’espace public, qui génèrent des odeurs et des écoulements, nuisent à l’image pour la clientèle et à la qualité de vie des riverains.

Quelles pistes de travail ?

Forts de ce premier diagnostic, les chercheurs du projet ont mené des ateliers participatifs avec les acteurs du quartier Stalingrad-Lemonnier pour dégager des pistes d’amélioration de la gestion des déchets, sur base des ressources locales déjà présentes et d’inspirations issues d’autres secteurs d’activité.

Différentes alternatives existent en matière de ramassage de déchets. L’utilisation de containers individuels ou collectifs, si elle évite les aspects négatifs de l’accumulation de sacs poubelles, pose la question des lieux de stockage de ceux-ci, des normes d’hygiène et de la responsabilité, du risque d’utilisation détournée par les habitants et enfin de la nécessité, le cas échéant, de passer des contrats collectifs avec les entreprises de ramassage et de la répartition des coûts en la matière. La mise en œuvre de containers enterrés pose les mêmes enjeux de séparation des flux professionnels de ceux des ménages, et soulève par ailleurs la question de la responsabilité des coûts d’investissement et d’entretien. En outre, elle demande d’adapter les véhicules de ramassage. Une autre possibilité est de mettre en œuvre une gestion centralisée des déchets à l’échelle du quartier, avec du personnel et un espace dédié. Si les coûts liés à l’espace et à la main-d’œuvre sont importants, cette solution offre par contre une grande souplesse et adaptabilité aux contraintes du quartier et la possibilité de négocier collectivement avec les entreprises de ramassage.

Des discussions avec les acteurs ressort la volonté de mettre en œuvre une expérience pilote de plate-forme logistique locale, qui passerait commande collectivement et distribuerait certains biens dans les commerces du quartier, notamment les oranges, l’huile ou les œufs, et ramasserait les déchets relatifs à ces biens. Cette plate-forme serait gérée par l’association des commerçants du quartier et mobiliserait du personnel engagé sur des contrats de remise à l’emploi. 

Au-delà du cas d’étude analysé ici, la problématique de la gestion des déchets issus des commerçants mérite à l’avenir de plus amples analyses, puisqu’elle s’affirme désormais comme un enjeu croissant pour les professionnels et les autorités : un rapport produit par Recydata pour le compte de Bruxelles-Environnement estime en effet que le secteur du commerce et de l’Horeca est celui pour lequel le potentiel non exploité de tri des immondices est le plus élevé en milieu urbain.


Pour citer ce billet:

Pernelle Godart et Mathieu Strale, 04/02/2019, "Gérer les déchets des commerces dans un quartier urbain dense : regards sur une logistique méconnue," in Géomarketing, https://geomarketing.hypotheses.org/1379.


Vous aimerez aussi...